8. Rémi Rousseau (France)

 



 

8.1 - Du 13 au 14 décembre 2020


Rêve associé


 

Respect des consignes sanitaires



Je suis sorti de chez moi, et je suis maintenant dans un bâtiment, assez délabré, ou bien en travaux, peut-être les deux. J’ai emprunté les escaliers pour monter, je les redescends. Je mange quelque chose d’assez mou, une sorte de gâteau, que je tiens dans ma main droite, tandis que je descends. Je m’interroge un moment sur la propreté de mes mains. Du gel hydroalcoolique serait le bienvenu. Je continue de descendre, croisant un homme. Je me dis que je ne vais pas finir ce que je mange, car je ne suis pas certain de ne pas l’avoir contaminé avec une de mes mains, et je commence à chercher une poubelle afin de le jeter.

Je suis dehors, il fait très beau. Je passe près d’un café, dans lequel j’aperçois quelques personnes. Il y a une petite poubelle à ma droite, j’y jette mon gâteau. Il est lourd, le sac poubelle s’enfonce. J’essaye tant bien que mal de le remettre un peu en place.

Puis je veux rentrer chez moi. Je regarde l’espace devant moi, il fait toujours très beau, je me demande quel chemin je vais emprunter. Je me mets en route. Je suis un peu ennuyé, car j’ai l’impression d’être loin de chez moi. Je me décide alors à courir assez doucement.

Puis je suis dans mon ascenseur. Arrivé à mon étage, je referme la porte de l’ascenseur à clé. Je m’étonne un peu de ce que je viens de faire, alors je rouvre la porte. Puis je vais rentrer chez moi. La porte est entrouverte, ce qui m’étonne un peu également, mais je ne m’inquiète pas trop.

Arrivant dans ma cuisine, je vois que de nombreuses personnes sont là, venues avec une ex-compagne me fêter mon anniversaire et m’apporter des cadeaux. Je suis assez moyennement réjoui de les voir, et je leur dis que j’ai changé ma date d'anniversaire. C’est une façon un peu légère de leur faire peut-être entendre que je n’avais pas tellement envie de cette situation. Les personnes sont nombreuses, une dizaine, un peu plus peut-être, un peu entassées autour de ma table (que dans la réalité je n’ai plus depuis longtemps).

Je pars vers ma salle de bain, où s’est réfugiée une de mes sœurs. À demi-mots, nous convenons que ce n’est pas très raisonnable d’être aussi nombreux dans ma cuisine. Je reviens vers ma cuisine. Je dis aux personnes que je ne les connais pas toutes, puis, conscient que je ne vais sans doute pas recueillir un grand succès, je leur dis qu’il est important de se protéger et de se protéger les uns les autres, et que nous allons donc mettre des masques et ouvrir les fenêtres. Une des personnes, une jeune femme, acquiesce, mais c’est la seule, même si je suppose que les autres savent probablement que j’ai raison. J’ouvre des fenêtres. Quelqu’un râle parce qu’il fait froid…

Commentaires

- La situation de fin de rêve fait écho à une situation arrivée dans la réalité, il y a plus de vingt ans, dans laquelle ma compagne de ces années-là avait invité une dizaine de personnes. En rentrant du travail, assez tard, je les avais tous trouvés dans mon salon, et tous, sans exception, étaient en train de fumer. J'avais alors été beaucoup moins diplomate que dans mon rêve...

- J'ai assez clairement loupé la lucidité au sortir de l'ascenseur, car il n'est pas rare que les étrangetés liées aux portes et aux ascenseurs m'amènent à prendre conscience que je rêve. Serais-je tout de même rentré chez moi si j'étais devenu lucide, ou bien me serais-je lancé dans une autre direction  ? C'est une question que je me pose mais à laquelle je n'ai évidemment pas de réponse.

- Je suis toujours surpris et amusé par les traits d'esprit qui naissent en rêve (j'ai changé ma date d'anniversaire) et qui ne doivent rien à une quelconque pensée de veille.

- Visiblement, j'ai bien intégré les consignes sanitaires du moment...

 

 

 


 

 

Email : remi_rousseau@laposte.net

 


 

 


Rêve précédent
Previous dream


Retour au sommaire
Back to summary


Rêve suivant
Next dream