Archives de catégorie : Rêve lucide

Lucid Dreaming : a Hybrid of REM and Waking Cognition

DREAM STUDIES PORTAL

http://dreamstudies.org/
http://www.nature.com/neuro/journal/vaop/ncurrent/full/nn.3719.html

BY RYAN HURD

A study accepted in the journal Sleep last month (but not yet published) claims that lucid dreaming should be not be considered a REM dreaming phenomenon but rather a unique state of consciousness (Voss, et al., 2009). Poetically, the assertion that lucid dreaming has elements of waking consciousness and dreaming has been made for years.   But this study, conducted at the Neurological Laboratory in Frankfurt, Germany, backs the assertion with physiological data taken with an EEG.

Lucid dreams have an increased frequency in the 40Hz (GAMMA) range

Despite the small sample size, Voss and company’s findings are intriguing.  Specifically, lucid dreams are shown to differ from ordinary (REM) dreams by an increased brain frequency in the 40Hz (or GAMMA) range in the frontal and frontolateral areas of the brain. These areas are considered by many scientists to be the seat of linguistic thought, as well as other higher mental functions associated with self-awareness.

This “hybrid state” of waking and dreaming fits in well with study co-author Allan Hobson’s AIM model for sleep cognition. The AIM model essentially maps and predicts possible kinds of consciousness in sleep based on three different spectra:

  • whether the imagery created is external or internally sourced,
  • the activation levels of the brain, and
  • the modulation of the state by brain chemicals.

Lucid dreaming, the authors say, can therefore be mapped separately from ordinary dreams due, in this case, to the unique activation on the GAMMA level. The authors say the next step is to test lucid dreaming in the lab with brain imagery devices, such as a fMRI.

The Quest for Uniting the Mind and the Brain

Lucid dreaming research is really an off-shoot of this scientific tradition, especially as it looks for physical markers that coincide with subjective qualities such as self-awareness or free will.  (For an introduction to lucid dreaming, here’s my beginner’s guide.)Finding the unique physiological markers of consciousness has long been the holy grail of science.  We’ve had a few interesting theories along the way. For instance, Rene Descartes put his money on the pineal gland, while today other scientists say consciousness is aproduct of microtubules in the brain’s neurons.

In the 1980s, many psychologists predicted that ALPHA level frequencies ((8-12 Hz) would clearly demark lucid dreams from ordinary dreams – but further studies showed that ALPHA levels remain more or less depressed through most of sleep, including even the most lucid of dreams. (Olgivie, Vieri, Small, 1991)

More recently, Holzinger, LaBerge and Levitan published a study (2006) emphasizing how the BETA-1 (13-19 Hz) frequency band is associated with lucid dreams, more so than ordinary dreams. They further isolated this small, but statistically significant, hiccup of activity to the parietal lobe, an area of the brain associated with spatial sense and navigation.

In any case, wherever consciousness may or may not “live”, the high levels of GAMMA range of activation shown in this study need more tests with larger pools of subjects before we can say with any certainty that lucidity has a reproducible physical signature.

Brain Entrainment, Intentionality and Lucid Dreaming

Interestingly, the 40 Hz bandwidth of brain activity has a popular following in brain entrainment, a form of neuro-hynotherapy whose adherents say induces brain synchronization by listening to music with frequencies that the brain matches in response.   Anecdotally, many lucid dreamers claim to have learned lucid dreaming with the help of these brain entrainment tools, such as binaural beats and light stimuli inside of sleep masks.

Brain entrainment can increase concentration, memory, and induce relaxation: all states of mind that can indirectly lead to lucid dreams.

Now just because GAMMA may be correlated with consciousness does not necessarily mean that listening to GAMMA-inducing binaural beats will automatically increase your lucid dreams.  Actually, there’s no peer-reviewed study on lucid dreaming and brain entrainment.  However, there’splenty of evidence that brain entrainment can increase concentration, memory, and induce relaxation: all states of mind that canindirectly lead to lucid dreams.

Most lucid dreaming brain entrainment tools available today focus on the DELTA and THETA waves, essentially paving the way for a relaxing yet alert descent into sleep onset and REM sleep.  Timing is important, too; I’ll discuss more about lucid dreaming incubation techniques using binaural beats soon.

There are some correlations for the GAMMA band and consciousness, so we may see some new products on the market soon.  The literature is tempting, as the 40hz band has been shown to be associated with high levels of meditation (Lutz, et al 2004)  as well as the ability to be hypnotized (De Pascalis, 1993). Reduced GAMMA synchronization, on the other hand, has recently been associated with autism (Rojas, 2008).

Keep in mind — I know I sound like a broken record about this point — no lucid dreaming pill, meditation CD, or expensive biofeedback software will make you lucid.  Lucidity comes by grace of intentionality, which in turn brings a cognitive habit of self-awareness.  Or vice versa, by grace of spontaneous awareness, calling for a habit of intentionality.

However, binaural beats for lucid dreaming can help with laying the cognitive foundation for a strong intention and for becoming more comfortable with self-awareness in other states of consciousness, which is by far the biggest hurdle in learning how to lucid dream.  The most successful binaural beats for lucid dreaming take this approach.   Entrainment (which can happen through the habit of many kinds of rituals and exercises) concretizes our intentions, — the idea is made external — while boosting the brain states that lucidity thrives within.

But still, we have to do the hard work of waking up ourselves.

Lucid Dreaming: A Separate State of Consciousness ?

Beyond the possible application of future GAMMA brainwave entrainment, this study really makes a bold claim that lucid dreaming is not a dream, but a separate state of consciousness.

To be honest, I’m not sure how I feel about this designation.

Lucidity is not an On-Off switch, but a spectrum.

From a phenomenological perspective, self-awareness in dreams comes and goes.  Lucidity is not an On-Off switch, but a spectrum. In fact, there’s several kinds of spectra, from volition (dream control) to self-awareness (“I’m dreaming”) to emotional meta-cognition markers (“I am angry: I wonder why.”)  Voss’s and Hobson’s definition of lucid dreaming is too general to get a sense for what particular aspect of self-awareness is amplified during lucid dreams.

However, some lucid dreams really do feel like an unique state of consciousness with the best aspects of dreaming and waking cognition.  For this reason, anthropologist and neurophilosopher Micheal Winkelman (2000) has called lucid dreaming a “shamanic state of consciousness,” because it “integrates the potentials of dreaming and waking consciousness” (p. 135).  And consciousness scholar Harry Hunt (1988) has said that lucid dreaming is really a peak experience the way Abraham Maslow used the word, as a state defined by clarity, exhilaration, and openness.  So there is some support from the transpersonal psychologists (who study altered states for a living) on this idea of lucid dreaming as a distinct state in its own right.

In sum, because cultural styles of what “lucidity” means affect which brain areas activate during a so-called lucid dream,  the GAMMA signature should be taken with a grain of salt.   That said, if the 40 Hz signature can be repeated clinically, then lucid dreaming could help neuroscientists find other markers of conscious thought in sleep, leading towards a renaissance of directed and unconstrained brain mapping.  This, over time, has the potential to revise our understanding about the interaction between mind and matter.

Cited:

De Pascalis, V. (1993). EEG spectral analysis during hypnotic induction, hypnotic dream and age reduction. International journal of psychophysiology, 15(2), pp.153-166.

Holzinger, B. Laberge, S., Levitan, L., (2006) Psychophsiological correlates of lucid dreaming. Dreaming. 16(2), pp. 88-95.

Hunt, H. (1989). The multiplicity of dreams: memory, imagination and consciousness. Yale University Press.

Hurd, R. (2009) Lucid dreaming science: new evidence of GAMMA band activation. Lucid Dream Exchange, Fall 2009.

Lutz, A., Greishar, L., Rawlings, N., Ricar, M., Davidson, R.J. (2004). Long-term meditators self-induce high-amplitude gamma synchrony during mental practice.  Proceedings National Academy Science, USA 101(46), pp. 16369-16373.

Ogilvie, R., Vierna, K., Small, R. (1991). EEG activity during lucid dreaming. Lucidity 10 (1&2), pp. 224-226.

Rojas DC, Maharajh K, Teale P, Rogers SJ. (2008).  Reduced neural synchronization of gamma-band MEG oscillations in first-degree relatives of children with autism. BMC Psychiatry. Aug 1;8:66

Voss, U., Holzmann, R., Tuin., Hobson, J.A. (2009). Lucid dreaming: a state of consciousness with features of both waking and non-lucid dreaming. Accepted but not published yet in Sleep.http://www.journalsleep.org/Accepted.aspx

Winkelman, M. (2000). Shamanism: the neural ecology of consciousness. Westport, CT: Bergin & Garvey.

Article intéressant à propos des recherches menées par Ursula Voss
posté le 18/5/14 par Roger R.

 

Partagez cet article !

Induction of self awareness in dreams through frontal low current stimulation of gamma activity

ARTICLE PREVIEW

http://www.nature.com/neuro/journal/vaop/ncurrent/full/nn.3719.html

Auteurs

Nature Neuroscience
Received 07 January 2014 – Accepted 16 April 2014  – Published online 11 May 2014

Recent findings link fronto-temporal gamma electroencephalographic (EEG) activity to conscious awareness in dreams, but a causal relationship has not yet been established. We found that current stimulation in the lower gamma band during REM sleep influences ongoing brain activity and induces self-reflective awareness in dreams. Other stimulation frequencies were not effective, suggesting that higher order consciousness is indeed related to synchronous oscillations around 25 and 40 Hz.

Purchase article full text and PDF: € 30 !

Voici le résumé de l’article source, publié dans Nature neuroscience, le 11/5/14.
Pour l’article complet, il faudrait débourser 30 € !

Communiqué par Roger R. le 18/5/14

Partagez cet article !

Prendre le contrôle de ses rêves grâce à la fée électricité

Publié le 11 mai 2014 in http://www.lapresse.ca/

Prendre le contrôle de ses rêves grâce à la fée électricité

LAURENT BANGUET

Devenir spectateur de ses propres rêves pour mieux en prendre le contrôle ? Il suffit d’un léger courant électrique impulsé au bon moment dans certaines zones du cerveau et le tour est joué, selon des chercheurs allemands qui en ont fait l’expérience sur des cobayes humains.

Le bon moment, c’est le sommeil dit «paradoxal» [l’état de rêve], une phase du sommeil au cours de laquelle les rêves dont on se souvient se produisent et durant laquelle l’activité électrique du cerveau est proche de celle de l’éveil.

Sauf qu’en temps normal, le rêveur n’est pas «lucide»: il ne peut anticiper ce qui va se produire et surtout, n’a généralement pas conscience qu’il s’agit seulement d’un rêve et non d’une expérience réelle.

Le «rêve lucide», lui, est un état dans lequel le sujet sait qu’il est en train de rêver, et qui lui permet parfois d’influencer son rêve en prenant le contrôle sur ses actions et de modifier son issue, en mettant en fuite quelqu’un qui le traque par exemple. Ces rêves lucides semblent être le fruit du hasard, mais ils pourraient aussi résulter d’un apprentissage, notamment à travers certaines formes de méditation bouddhiste.

Des recherches menées en laboratoire ont établi un lien entre les rêves lucides et une certaine forme d’activité électrique dans le cerveau, des «ondes gamma» dans les régions frontales et temporales qui sont lisibles sur les électroencéphalogrammes (EEG). Mais la nature de ce lien restait floue jusqu’à présent.

Comme «sur un écran»

Ursula Voss, psychologue spécialiste du sommeil à l’Université Goethe de Francfort (Allemagne), et son équipe ont procédé à une série d’expériences sur 27 hommes et femmes pour y voir plus clair.

Après trois minutes de sommeil paradoxal ininterrompu, les chercheurs envoyaient à travers le crâne un faible courant électrique dans les zones frontales et temporales du cerveau, un procédé indolore.

«Nous avons utilisé différentes fréquences pour stimuler le cerveau: un simulacre (aucun courant électrique), 2 Hz, 6 Hz, 12 Hz, 25 Hz, 40 Hz, 70 Hz, et 100 Hz», a expliqué Mme Voss à l’AFP.

Peu après, les patients étaient réveillés et interrogés sur leurs rêves, toujours en «double aveugle» (ni l’expérimentateur, ni le sujet ne connaissent les paramètres utilisés).

Lorsque la fréquence utilisée était de 25 Hz ou 40 Hz, dans la limite inférieure du spectre des fameuses ondes gamma, la plupart des cobayes affirmaient «s’être vus eux-mêmes de l’extérieur», comme un spectateur qui se regarderait agir «sur un écran», résume la chercheuse.

«Ils disaient aussi souvent qu’ils avaient conscience d’être en train de rêver», souligne-t-elle, précisant: «le phénomène que nous rapportons dans notre étude n’a été observé que pour 25 Hz et 40 Hz».

«Lorsqu’ils étaient stimulés à 25 Hz, nous avions de meilleurs scores sur le contrôle du déroulement du rêve, ce qui signifie qu’ils parvenaient à modifier leurs actions oniriques délibérément».

Cauchemars récurrents

«Nous avons stimulé le cerveau de manière non intrusive et sommes parvenus à modifier l’état de conscience au sein du rêve. C’est merveilleux, car ça nous permettra d’influer sur l’activité cérébrale à l’aide d’une méthode dépourvue d’effets secondaires», estime Ursula Voss.

Les chercheurs envisagent déjà d’utiliser cette technique à des fins thérapeutiques. Selon leur étude, publiée dimanche dans la revue Nature Neuroscience, elle pourrait notamment contribuer à remédier à certains symptômes de la schizophrénie ou de troubles obsessionnels compulsifs (TOC).

Provoquer des ondes gamma durant le sommeil paradoxal pourrait également aider les victimes de stress post-traumatique à se débarrasser de leurs cauchemars récurrents, en les plongeant en état de rêve lucide pour qu’ils puissent agir directement sur eux, écrivent les scientifiques.

Des gadgets qui offriraient aux dormeurs la possibilité de littéralement rêver en réalité virtuelle vont-ils prochainement débarquer sur le marché?

«Bien que ce ne soit pas quelque chose qui m’intéresse à titre personnel, je suis certaine que ce genre d’objets ne devraient pas tarder à sortir. Mais la stimulation cérébrale doit toujours être effectuée sous l’étroite surveillance d’un médecin!», met en garde Ursula Voss.

Article signalé par Carole

Partagez cet article !

Rêves lucides (suite de mon message du 17 octobre)

Bonjour,

Je vous remercie d’avoir publié mon témoignage, ainsi que pour les commentaires reçus. Le peu que j’ai lu sur la présentation de votre site montre que j’ai fait des expériences assez semblables aux vôtres, même si le regard que j’y porte est assez différent.

Vous m’excuserez pour mon vocabulaire, n’ayant pas l’habitude de celui que vous employez, mais je pense que mon expérience, qui n’a absolument pas été influencée par votre enseignement (que je respecte tout à fait) peut apporter un peu de lumière à quelques questions ou difficultés qui pourraient être rencontrées.

Voici encore l’essentiel des autres découvertes ou essais que j’avais pratiqués. C’est long mais à peu près complet, sauf pour une ou deux expériences que je ne souhaite pas aborder. Elle font partie de mon intimité à laquelle je désire mettre des limites. Dès lors, je n’écrirai probablement rien de plus, sauf pour répondre à d’éventuelles questions.

Jusque vers 13 ans, je n’ai souhaité que de belles aventures durant ces rêves lucides, et je n’ai jamais été déçu, car notre imagination a un pouvoir créatif incroyable. Je volais avec aisance, parfois parmi des éléments déchaînés. J’étais souvent emmené dans des aventures qui évoluaient très vite, devenant généralement un justicier invincible genre super-héros. Il y avait cependant quelques fois des situations curieuses, parfois très symboliques. Voici quelques constatations :

Concernant la sensation du toucher :

Elle est assez bien reproduite, même si mon imagination n’a pas la volonté de me créer de douleur insupportable. Une exception « limite » toutefois :
Je me battais en rêve à l’épée sur un navire contre un pirate mais c’est comme si les coups étaient prévisibles, ce qui fait qu’ils étaient parés et le combat s’éternisait. J’ai compris que je n’y arriverais pas vu que c’était mon imagination qui créait mes coups comme les siens. Finalement, j’ai écarté les bras en disant « De toute façon tu ne peux rien contre moi car je rêve et je ne peux pas mourir ». Il m’a transpercé le ventre et je peux dire que non seulement j’ai senti l’épée passer, mais en plus la peur, face à cette situation, a été à l’origine d’une douleur tout juste supportable. En tout cas, j’ai vraiment été surpris que ça puisse être aussi vif.
J’ai encore rêvé un jour que je me promenais dans un village avec un groupe de personnes. Il y avait un miroir contre un mur, alors j’ai laissé les autres continuer et me suis arrêté devant. J’ai voulu voir ce qu’il y avait de l’autre côté, sachant que c’était un rêve. J’ai croisé les mains et j’ai passé la tête à travers. Derrière, tout était froid et rigide. J’ai senti la résistance du miroir, un peu comme si j’étais passé à travers un mur de glace. J’ai trouvé que c’était un endroit terrible, où on ne pouvait pas vivre, où tout semblait voué à finir figé.

Concernant les couleurs :

J’ai très peu fait attention aux couleurs. Je me rappelle juste du seul cauchemard que j’aie fait, durant lequel j’étais crucifié sur une sorte de bûcher, et ma famille, au pied, me regardait et me parlait avec un grand mépris. Tout était rouge et noir. Tout à coup, je me suis rendu compte que je rêvais. Je me suis dit que je ne voyais pas pourquoi je resterais là plus longtemps et je suis descendu de la croix. A ce moment, le ciel est redevenu bleu, et la nature a repris ses teintes normales.
En passant devant ma famille, je leur ai dit, en montrant le bûcher : c’est à vous d’y aller, pas à moi. Puis, je suis parti à l’aventure, sans me retourner, n’ayant pas envie de perdre le temps si précieux du rêve lucide.

Concernant la force des sentiments :

Ce que je garde encore du rêve précédent, c’est qu’il m’a montré que les sentiments y étaient pleinement développés. Malheureux, j’étais « complètement » malheureux. En revenant à l’aventure, joyeux, je l’étais aussi complètement. J’ai compris que les sentiments, dans le rêve, sont à l’état pur. Ils semblent avoir une « force » incroyable. La joie, ou n’importe quel état sentimental tiré dans la vie réelle (moment plaisant, livre, film, remarque), sont en quelque sorte toujours « pollués » par notre environnement et nos préjugés. Dans le rêve, il n’y a rien qui leur fasse barrière.

Concernant la musique :

La première fois que je me souviens avoir rêvé en musique, c’était avec la musique de Chi Mai (du film le Professionnel). Cela remplissait tout mon rêve, avec une pureté de son incroyable. C’était en fin de nuit et j’ai fini par me réveiller, tout en gardant en mémoire ce que je venais d’entendre. Je me suis levé et j’ai ouvert la porte de ma chambre. Soudainement, j’ai eu l’impression de continuer de l’entendre parmi les bruits ambiants. Je me suis assis et, en me concentrant, j’ai effectivement pu percevoir cette musique. C’était un voisin qui l’écoutait mais, à travers les murs, c’était à peine audible. Mon imagination avait amplifié dans le rêve ce son à peine capté tout en éliminant les bruits ambiants de l’immeuble et de la circulation. Je pense que cela s’opère ainsi parce que ce n’est pas notre volonté d’entendre ou de conserver ce qui est « moche ». Par la suite, j’ai essayé, à 2 reprises durant des rêves lucides, de faire attention si je rêvais en musique. Du moment que j’y faisais attention, il y avait effectivement une musique de fond, sans savoir si elle était venue pour l’occasion ou si elle faisait partie de l’environnement du rêve, comme elle fait partie des films qu’on regarde à la tv sans toujours y faire attention.

Essai sur le développement personnel :

Toujours à l’âge de 14 – 15 ans, n’ayant pas une très bonne mémoire, je me suis dit que j’avais une chance de développer ça en rêve. Les sentiments, comme dit plus haut, étant à l’état pur, je pensais pouvoir trouver le moyen de développer mon intelligence en cherchant, lors d’un rêve lucide, un professeur qui représenterait les besoins de mon être, qui m’expliquerait comment faire, comment me comporter pour m’améliorer au mieux. De plus, en recevant un tel enseignement que je pourrais alors inscrire et travailler dans mes rêves, je pensais vraiment que j’allais pouvoir influencer la réalité. Cette idée m’a beaucoup enjoué et j’y ai concentré mon attention pour que le prochain rêve lucide, je parte à la recherche de ce « professeur ». La nuit suivante, j’y étais déjà. Autant j’ai eu parfois des difficultés pour voler, faire de la magie, ou faire apparaître des gens que mon imagination ne voulait parfois pas produire, autant mon « professeur » est arrivé avec facilité. On aurait dit qu’il m’attendait depuis toujours, qu’il était là en moi. Il m’est apparu comme un vieux sage de l’antiquité, dans une sorte de robe blanche, très calme et très gentil. Il m’a dit de le suivre car il était nécessaire de trouver un endroit tranquille et agréable pour son enseignement. Je voulais presser le pas car j’avais peur que tout se termine trop vite. Mais ce sage au contraire m’invitait à être tranquille, à prendre du temps pour comprendre les choses. Nous sommes arrivés au bord d’une rivière où il a continué de me parler. Il me conseillait surtout d’évoluer avec calme et sérénité, et cherchait à éveiller mon intérêt sur des sujets que je n’ai pas gardé en mémoire. Après un moment, j’ai perdu la lucidité et suis parti sur d’autres rêves. Ce qui est sûr, c’est qu’au matin j’avais envie de me souvenir de tout, de m’intéresser à tout. J’ai vraiment eu l’impression que c’était efficace, que j’avais commencé à graver cette sagesse au fond de moi, même si on pourrait croire que c’était peut-être dû au fait que j’étais persuadé que ça devait fonctionner.
Trop pris par les autres expériences que je faisais en même temps, j’ai remis la suite de celle-ci à plus tard. Ayant entretemps arrêté ces pratiques, je n’ai jamais revu mon « professeur ».

Concernant la sexualité :

Les essais qui suivent vont sans doute vous faire sourire, mais il sont à replacer dans le contexte de leur époque et de mon âge.
Il faut bien que j’en parle, d’autant plus que j’ai perçu un certain danger dans cette pratique.
Tant que j’étais enfant, le rêve lucide n’était qu’amusement. Adolescent, j’étais très timide. Il devenait impossible de ne pas tenter l’expérience en rêve, sachant que je pourrais avoir n’importe quelle fille et que je n’avais pas besoin de son consentement.
Je me suis mis donc à « programmer » que je voulais rêver à telle ou telle fille, et lorsque j’arrivais au rêve lucide suivant je cherchais la demoiselle. Si je n’arrivais pas à la faire apparaître (ce qui arrivait souvent), je me promenais en rêve jusqu’à ce que je voie une jeune femme et profitais de l’occasion, juste par sport, pour pouvoir me dire que je me l’étais faite.
Je dois cependant admettre que, dans le rêve, je n’avais aucun besoin sexuel, c’était juste pour l’exploi. La « chair » n’y est pas bien représentée, en tout cas elle n’y est pas attirante. Les choses, observées de près en rêve, deviennent floues et semblent perdre leur substance. Se concentrer sur elles tend même à les faire disparaître. Je suis d’ailleurs persuadé que les sexe n’est pas le but du rêve, même si certains veulent absolument dire que le sexe est le moteur de toute chose. Par contre, la mémoire de mes propres sensations se reproduisait de mieux en mieux, à tel point qu’il m’est arrivé de « mouiller » mon lit en vrai. C’est surtout par « sport » que j’ai continué, pensant que je ne risquais rien. Dans le rêve, c’était toujours la même chose : elles ne disaient rien, se laissaient faire à contrecoeur, mais m’observaient d’un regard qui semblait toujours dire « tu le regretteras ». D’un côté cette expression me faisait un peu rire, puisqu’il n’y a plus de lois en rêve, mais d’un autre côté j’avais un doute, sans savoir vraiment quoi.

Le danger :

C’est lorsque j’ai revu ces mêmes personnes dans la réalité que j’ai compris l’erreur : dans le fond de moi-même, en forçant en rêve des actes sexuels sur des personnes sans demander leur consentement, j’avais brisé une bonne partie des barrières de ma conscience, et j’ai dû me forcer pour me dire que je ne devais pas le faire en vrai lorsque j’avais la personne devant moi! Je tiens à préciser que j’ai toujours pu m’y tenir, car ma volonté réelle n’a jamais été d’agresser quelqu’un.
Imaginons maintenant que j’en veuille énormément à une personne qui m’aurait fait du mal dans la réalité, et que je me retienne déjà pour ne pas me venger. Que pour rester dans une action innocente je décide de lui faire du mal lors de mon prochain rêve lucide. Je pense que je n’aurais plus guère de retenue par la suite, étant déjà habitué à commettre cet acte.
Même si, au départ, ce sont des difficultés aux frontières du réveil (voir plus loin) qui m’ont obligé à mettre un temps d’arrêt, c’est essentiellement par crainte de modifier mon comportement, surtout mon agressivité réelle, que je ne suis jamais revenu à l’entraînement qui permet de réactiver les rêves lucides.

Les rêves prémonitoires :

Sur le nombre de rêves que je me suis souvenus, je dois admettre que quelques uns, bien qu’assez rarement, étaient curieusement prémonitoires. Ce n’était jamais des rêves lucides. Il s’agissait généralement de personnes que je n’avais pas vues depuis longtemps. Je rêvais d’elle et comme par hasard elles téléphonaient le lendemain, ou alors je les voyais dans les 2-3 jours qui suivaient. Un peu comme des gens de qui on parle et que, subitement, ils se pointent. Alors on se contente de dire : quand on parle du loup…
Parmi ces rêves, en voici 2 qui ont été particulièrement précis :
-J’ai rêvé que je travaillais dans une entreprise en été, pour gagner de l’argent, et que ma soeur allait y être employée de façon fixe en même temps. C’est effectivement arrivé un an plus tard.
-Un autre jour, j’ai rêvé d’un collègue qui disait devoir m’opérer des amygdales le lendemain à 16h00 (on travaille dans l’administration et on est pas du tout médecin). Le lendemain à 17h00 (1h de différence), ce collègue se suicidait avec une arme à feu dans sa voiture.
J’ai beaucoup cherché la signification de mes rêves pour deviner l’avenir et… je me suis toujours trompé ! Finalement, je me suis rendu compte que ces rêves prémonitoires ne m’ont jamais servi à rien, alors, depuis de nombreuses années, j’ai totalement abandonné la recherche de leur signification, préférant être plus attentif à mes proches en temps réel.

Les frontières du réveil :

Comme précisé dans ma première lettre concernant ce langage bizarre du sommeil profond que j’avais tenté de « ramener à la surface », il est assez facile de se réveiller volontairement lors d’un rêve lucide. C’est même plutôt le fait de continuer de rêver, lorsque le repos est accompli et qu’on arrive au moment du réveil, qui est plus difficile à maintenir. Je pense n’être parvenu, tout au plus, à maintenir que de quelques instants le sommeil lorsque la nuit était finie. Seulement, en plein rêve lucide où « tout est permis », on a généralement pas envie de se réveiller.

Il m’est pourtant arrivé l’expérience intéressante suivante :
Je me trouvais au chalet de mes parents lorsque je me suis rendu compte une nouvelle fois que je rêvais. C’est une maison entourée de grands prés en pente. J’ai tenté de m’envoler mais je n’y arrivais pas vraiment. Par contre, je pouvais faire d’immenses bonds et j’ai appelé ma soeur pour qu’elle fasse la même chose que moi. On s’élançait en riant et c’était très amusant.
A un moment, je me suis rendu compte que j’allais atterrir dans les barbelés. Dans la panique, j’ai décidé de me réveiller le temps de passer de l’autre côté de la barrière, puis de continuer le rêve.
Ça peut paraître bizarre, mais en rêve lucide on sait ce qu’il faut faire pour se réveiller et se rendormir si c’est dans l’immédiat. C’est ce que j’ai fait. Je pense que je n’étais que somnolent avant de refaire le chemin inverse. J’ai pu reprendre le rêve mais mon sommeil était perturbé et je n’ai pu continuer que quelques instants ce rêve avant de me réveiller à nouveau, cette fois tout à fait.

Je me suis dit que c’était un exercice qui pourrait être extraordinaire si je pouvais garder en mémoire le « mécanisme » qui m’a permis de me rendormir de force. Je me voyais déjà m’endormir à volonté tout en restant lucide. Par la même occasion, j’ai commencé à tenter de rester lucide chaque soir le plus longtemps possible, pour m’approcher toujours plus du moment de l’endormissement. Sur la même période, j’ai forcé le réveil pour me rendormir à plusieurs reprises, mais non seulement cette technique était impossible à garder en mémoire une fois tout à fait réveillé, mais en plus ça a grandement perturbé mon sommeil et j’avais tendance à prendre l’habitude de me réveiller lors de rêves lucides. D’un autre côté, je suis assez rapidement arrivé à rester lucide jusqu’au moment où je sombrais dans le sommeil.
Le mot « sombrer » est plus que justifié car, lorsque j’ai commencé à rejoindre la phase de l’endormissement en restant lucide, j’ai eu l’impression de tomber dans un trou, dans le néant, presque de mourir. J’ai recommencé beaucoup de fois mais je n’ai jamais pu m’y abandonner et ça me réveillait en sursaut. L’ennui, c’est que même lorsque j’ai compris que je n’y arriverais pas, cette habitude de rester lucide était incrustée, et chaque soir je faisais de nombreux « sursauts » avant de m’endormir enfin. Ca a même duré plusieurs mois, m’occasionnant des insomnies. C’est à ce moment que j’ai décidé d’arrêter toutes ces expériences, pour permettre à mon sommeil de retrouver un état « normal ». Je pensais reprendre après deux ans. Ensuite, étant entré en apprentissage, j’ai compris qu’il fallait que je donne la priorité à la vie « active » et que j’attende encore un ou deux ans de plus avant de revenir aux rêves lucides.

Pour couper court à mon « autosuggestion » qui me tentait encore beaucoup, j’ai réussi à « embrouiller » la phrase que je m’étais répétée des milliers de fois pour accéder aux rêves lucides, en utilisant d’autres mots, en mélangeant d’autres verbes, remettant en cause la signification des mots utilisés, jusqu’à ce que je ne sache vraiment plus la phrase de base. Ce ne serait pas vraiment dur d’en refaire une le temps voulu. Le temps a passé et je me suis vraiment plongé dans la vie active, qui nous propose elle-même tant de défis. Je réserve maintenant ce retour pour le cas où je me trouverais un jour handicapé, ou trop vieux pour me déplacer. Les rêves lucides ont continué d’arriver par habitude, et frisent maintenant l’arrêt total.

A l’heure actuelle, le retour aux rêves lucides ne me tente plus, sauf peut-être pour aller retrouver le « sage ». J’ai l’impression qu’il m’attend toujours, au bord de sa rivière. Les rares rêves lucides que je fais encore (2 très courts durant l’année écoulée)ne sont plus très motivés, vu que je n’y tiens plus trop et ne programme plus rien à l’avance.

Voilà, je crois avoir à peu près tout décrit. Je souhaite encore insister un peu sur ce qui concerne le « délai d’intégration onirique » comme vous le définissez. Je crois que chacun peut, en notant ses rêves au matin, trouver son « délai d’incubation » pour assimiler les grands changements, comme par exemple trouver combien de temps on rêve encore régulièrement de l’ancien appartement après avoir déménagé. C’est le temps qu’il lui faudra pour qu’un exercice régulier prenne pied dans un rêve non lucide.

Avec mes meilleures salutations, en espérant vous avoir été utile,

Miguel

Posté par Plazmi sur « onirama » le 23/10/9

Partagez cet article !

A propos des rêves lucides

Bonjour,

Au hasard d’une recherche sur internet, j’ai découvert seulement ce soir votre association et les explications sur le rêve lucide.

C’est une pratique que j’ai exercée déjà très jeune, très intensément et durant des années. Cependant je n’en parlais pas car les rares fois que j’ai essayé d’aborder le sujet, j’ai eu l’impression de passer pour un « dérangé », et j’avais fini par me demander si j’étais seul au monde à faire cette expérience si fabuleuse! Ca me paraissait pourtant évident que, dans les rêves, on fait des raisonnements, donc on peut se poser la question de savoir si on rêve !

Je reconnais parfaitement, dans quelques descriptions de ceux qui ont fait cette expérience comme dans les techniques décrites, la véracité de leurs dires quant ils décrivent ces sentiments si forts tout au long des rêves, ce bouillonnement de joie et de victoire au moment où on réussi et aussi les difficultés quand on arrive pas toujours à traverser une matière ou à s’envoler très haut. J’ai maintenant 45 ans et voici des années que j’ai abandonné cette pratique pour diverses raisons. Cependant il m’arrive encore, bien que très rarement, d’être soudaienment lucide en rêve. Le reste du temps, j’ai tellement pratiqué cette méthode que, lorsque je me souviens d’un rêve, j’ai encore un fond de conscience qui reste, qu’on ne peut rien contre moi quand il arrive quelque chose, ce qui est fort pratique car je ne connais pas le cauchemard !

N’ayant pas suivi de méthode, j’ai inventé la mienne qui se rapproche assez de la vôtre, avec quelques précisions en plus que j’aimerais partager, ou plutôt donner, même si dans la pratique je ne souhaite plus reprendre ces exercices, du moins pas pour le moment.

Voici donc mes petites « découvertes » et leur histoire :

Ayant fait quelques rêves fabuleux étant petit, je trouvais désolant qu’on s’en souvienne si peu, surtout que je traversais une période difficile (décès de mon père, remariage catastrophique de ma mère,changements fréquents d’école etc.)Quelqu’un m’a dit un jour que, si je faisais très attention au réveil, je pouvais m’entraîner à les remémorer. C’est ce que j’ai fait avec assiduité. Après deux ans, je pouvais me souvenir chaque nuit d’au moins un rêve, parfois 3. Seulement, j’ai fait des découvertes capitales pour la suite :

-la 1ère, (que vous ne semblez pas connaître) : il y a un temps entre un changement dans la réalité et son adaptation définitive dans le rêve. Par exemple, si vous faites connaissance d’un ami avec qui vous allez passer ensuite presque toutes vos journées, il faut plusieurs mois pour qu’il fasse partie du « paysage » de vos rêves (sauf en cas d’une grande inquiétude qui peut perturber un rêve dès la nuit suivante). Chez moi, il fallait 6 bons mois pour « assimiler » les grands changements (déménagements, changement d’école, nouveaux amis), avec une régularité frappante.
-la 2e, c’est que le souvenir des sentiments qui traversaient mes rêves me montraient bien que je pouvais réfléchir, et donc me poser la question de savoir si je rêve, en vérifiant par exemple si je pouvais discrètement essayer de m’envoler.
-la 3e, bêtement en lisant une BD humoristique où j’ai appris ce qu’était la méthode « Coué », j’ai compris que je pouvais faire une sorte d’autosuggestion pour y arriver.

J’avais alors résolu comment y arriver et en combien de temps. Il suffisait de trouver une phrase du genre « je dois vérifier si je rêve en essayant de m’envoler », la répéter un moment chaque jour jusqu’à ce que cette « autosuggestion » fasse partie de mes rêves, soit dans un temps évalué à au moins 6 mois. Je m’étais juré de faire ça au moins 10 min par jour et de ne pas abandonner avant un an.
Encore maintenant, je suis particulièrement fier de ce calcul puisque c’est exactement après 7 mois qu’un jour (ou plutôt une nuit), je me suis dit comme d’habitude « ah oui, il faut que je fasse mon autosug… »
Je n’ai pas eu besoin de penser plus loin, je me suis tout de suite rendu compte que c’était un rêve et ça a vraiment été une explosion de joie et de fierté. Puis je suis monté sur une chaise et j’ai montré à tout le monde que je pouvais voler. Ca n’a pas duré longtemps mais je crois que Christophe Colomb lui-même n’a pas dû avoir un sentiment plus fort lorsqu’il a enfin vu la terre.
Evidemment, après j’ai augmenté la cadence de « l’autosuggestion » (excusez-moi le terme, je n’en ai jamais utilisé d’autre). La fois suivante est arrivée après 2 mois, ensuite 1 mois, pour descendre à chaque semaine et enfin chaque jour. Après j’ai arrêté mais les rêves lucides ont fini par remonter à moins d’une fois par semaine. Au début de l’adolescence j’ai repris à fond pour arriver, à l’âge de 15 ans, à un pic de 3 à 5 rêves lucides par nuit.

Jusqu’à la fin de mon adolescence, j’ai cru que c’était un truc réservé aux grandes personnes, jusqu’à ce que je finisse par voir que personne ne semblait être au courant

J’ai découvert pas mal de choses qui pourraient vous intéresser. Par exemple, l’habitude d’essayer de me souvenir des rêves au réveil m’a permis de me rendre compte qu’à tout moment je pouvais ramener un « morceau » de rêve juste avant le réveil, quelle que soit la profondeur du sommeil. S’il est vrai qu’on se souviendra généralement des rêves dans le sommeil léger, ceux qu’on fait en sommeil plus profond semblent plus « réels », à tel point qu’il arrivait parfois que je me pose la question mais que, pris d’un doute, je préférais ne pas y donner suite par peur du ridicule. Pourtant, c’est tellement évident quand on est réveillé qu’on ne rêve plus! En ce qui me concerne, je suis même persuadé qu’on rêve durant tout notre sommeil, n’en déplaise à ceux qui ne peuvent capter, avec leur machine, que les ondes du sommeil léger ! Si la pensée devait vraiment s’arrêter, je ne crois pas qu’on puisse être autre chose que mort.
Autre découverte du sommeil profond (celle-là, je ne l’ai faite qu’une fois) : je suis passé d’un sommeil très profond à un sommeil moyen tout en étant lucide. A ce moment, je me suis rendu compte que le langage n’était pas le même. Dans le sommeil profond, c’était des intonations et dans le moyen, le langage « parlé » était utilisé. Dans le moyen, je me souvenais encore des intonations et de leur traduction en une phrase que j’ai essayé de ramener en forçant mon réveil. Hélàs, ça devenait de plus en plus dur de garder cette phrase à mesure que je me réveillais, et je l’ai tout à fait oubliée une fois complètement réveillé. Je me souviens juste qu’il s’agissait d’intonations ou d’exclamations un peu comme du chinois…

Posté sur la mailing liste « onirama » par Plazmi,  le 17/10/9

plazmi@yahoo.fr

Partagez cet article !